Comprendre la production de café en Angola

À son apogée, l’Angola était le troisième plus grand producteur de café au monde. Cependant, depuis son indépendance en 1975, l’industrie a souffert de la guerre civile, d’autres conflits et de perturbations politiques continues.

En dépit de ce ralentissement, l’industrie reste résiliente et des signes de reprise se profilent à l’horizon. Ces dernières années, les exportations ont augmenté de manière substantielle et les efforts des institutions gouvernementales et des autres parties prenantes ont donné de l’espoir aux petits exploitants de café du pays.

J’ai parlé avec un expert local du café pour en savoir plus sur l’histoire du café angolais. Lisez la suite pour découvrir ce qu’il a dit.

Vous pourriez aussi aimer notre article sur l’industrie du café au Mozambique.

Une brève histoire du café angolais

Le café a été introduit en Angola par les colons portugais dès les années 1830, et il n’a pas fallu longtemps pour que la culture ait un impact. La première exploitation enregistrée a été créée par un agriculteur brésilien en 1837.

À cette époque, la production a augmenté lentement et régulièrement, jusqu’à ce qu’elle atteigne, dans les années 1970, le sommet atteint avant l’indépendance, vers 1975. En 1974, la production angolaise s’élevait à plus de 5,2 millions de sacs de 60 kg, et le pays commençait à être connu pour sa production de robusta de bonne qualité.

Au 19ème siècle et pendant la majeure partie du 20ème siècle, le café angolais était cultivé dans diverses exploitations agricoles. (fazendas) possédées et gérées par les Portugais. Dans les années 1970, il y avait plus de 596 000 hectares de caféiers, dont plus de la moitié était constituée de grands domaines (100 hectares ou plus).

Cependant, après que le pays soit devenu indépendant du Portugal en 1975, une guerre civile a éclaté, qui a duré plus de 25 ans, brièvement entrecoupés de périodes de paix instable. Cela a conduit à un exode massif des Portugais dans le pays. Pour le secteur du café, cela s’est traduit par le départ des propriétaires, des gestionnaires et des techniciens des exploitations agricoles.

En outre, au début de la guerre civile, la plupart de la main-d’œuvre migrante angolaise a abandonné les plantations de café, qui ont ensuite été nationalisées par le nouveau gouvernement jusqu’au milieu des années 1990.

Pendant cette période de nationalisation, deux sociétés d’État géraient la commercialisation et l’exportation du café : Cafangol et Uigimex.

Cependant, en 1993, dans le but de revitaliser l’industrie, le secteur du café a été libéralisé. Malgré cela, un certain nombre d’organisations gouvernementales ont été impliquées dans le secteur au cours des années qui ont suivi.

Dans le cadre de son programme de privatisation, le gouvernement a vendu les 33 entreprises publiques de plantation de café. À l’époque, la majeure partie de la production de café était concentrée dans les cinq provinces de Uige, Kwanza Norte, Kwanza Sul, Bengo et Cabinda.

Depuis la libéralisation, le Secrétaire d’État au café, par l’intermédiaire du Secrétariat d’État au café (Secafe), est chargé de délivrer les licences et de surveiller et réglementer l’industrie angolaise du café.

ferme de café angolaise

Un profil : Le café angolais aujourd’hui

L’Angola cultive principalement du café robusta, avec quelques fermes d’arabica qui ont été récemment établies à des altitudes plus élevées le long du plateau central du pays.

JC Mainga est directeur de l’Institut national du café d’Angola (INCA). Cette organisation supervise la recherche sur le café et la distribution de plants.

Il dit : « En Angola, le café robusta est différencié par types selon la région où il est produit. Ainsi, nous avons bien le robusta Amboim, le robusta Ambriz, le robusta Cazengo et le robusta Cabinda, le premier étant le plus précieux tant en prix qu’en goût. »

JC indique qu’en 2020, les exportations de café ont totalisé 27 701 sacs de 60 kg, soit une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente. Bien qu’il s’agisse du début d’une reprise, cela reste un écart considérable par rapport aux chiffres de la fin des années 1960 et du début des années 1970.

« Aujourd’hui, les statistiques indiquent qu’il y a environ 40 000 hectares de caféiers. [in Angola] », dit JC. « Pendant l’apogée de la production de café dans les années 1970, c’était plus proche de 600 000ha ».

En outre, dit-il, environ 85% du café produit en Angola est cultivé par de petits exploitants sur des surfaces allant jusqu’à 5 hectares. La plupart des grands domaines qui dominaient la production au 20e siècle ont aujourd’hui disparu.

☕ Savourez cet article :   Explorer la culture grecque des cafés

JC ajoute également : « Il existe quelques coopératives, mais leur organisation est médiocre et ne contribue pas beaucoup à la production de café. »

traitement du café angola

La chaîne de valeur du café en Angola

« La chaîne de valeur du café en Angola comprend les producteurs, les transformateurs, les commerçants, les torréfacteurs et les exportateurs », explique JC. « Ici, nos transformateurs possèdent des décortiqueurs et sont responsables de la transformation du café ; ils exploitent leurs décortiqueurs dans les régions centrales de production. »

La majorité du robusta angolais est traitée naturellement et séchée au soleil, puis décortiquée ultérieurement. Le petit pourcentage qui est lavé est principalement expérimental, car il n’y a pas de marché significatif pour lui. La plupart des décorticages sont effectués à la ferme, l’équipement étant utilisé par les agriculteurs eux-mêmes.

Bien que la plupart des cafés angolais soient des robustas, JC note également que l’arabica produit est à moitié lavé et à moitié naturel.

L’exportation et le traitement du café commercial se font à Luanda, où il y a trois grandes installations. Ces installations effectuent à la fois le traitement et le classement pour l’exportation. L’une appartient à l’entreprise publique Cafangol, tandis que les deux autres sont privées et appartiennent à Griangol et FCA. Cafangol possède également une autre installation opérationnelle à Amboim dans le Kwanza Sul.

Toutefois, en raison de la baisse massive des chiffres de production au cours des dernières décennies, toutes les installations de traitement fonctionnent en dessous de leur capacité depuis un certain temps, ce qui a entraîné une concurrence intense.

En ce qui concerne la torréfaction, JC dit qu’il y a des torréfacteurs qui « ont des usines dans les grandes villes comme Luanda, Uige et Sumbe, et achètent le café directement aux négociants ».

Cependant, il note qu’il n’y a pas d’infrastructure de torréfaction plus large, et qu’il n’y a pas une forte demande pour le café produit localement en Angola. Ainsi, la plupart du café angolais est expédié vers l’Europe et le Moyen-Orient, les destinations courantes étant le Portugal, le Liban et l’Espagne.

bateau en angola

Ventes et exportations de café

La plupart des petits exploitants vendent leur récolte de café directement aux négociants ou aux agents de terrain des sociétés d’exportation. Certaines associations de producteurs et coopératives rassemblent le café de leurs membres et le vendent ensuite aux exportateurs, mais comme nous l’avons mentionné, elles sont peu nombreuses.

Malgré la libéralisation du secteur il y a près de trois décennies, le gouvernement décide toujours du prix à payer aux producteurs par le biais de son centre de recherche, l’Instituto Nacional de Café (INCA).

En mai, au début de la saison du café, l’INCA annonce le prix minimum à payer à toutes les parties prenantes. Ce prix est déterminé par le prix FOB (freight-on-board) et est ensuite divisé en trois tiers égaux entre le producteur, le négociant et l’exportateur.

« L’INCA est l’entité responsable de la gestion du secteur du café au niveau politique en Angola », explique JC. « Elle est représentée dans tout le pays au niveau provincial, municipal et communal, et traite directement avec les producteurs de café. »

L’INCA remplit toutes les fonctions essentielles au nom du Secafe. JC dit que principalement, l’INCA exige que tous les acteurs du marché aient une licence, et note que les procédures peuvent être très bureaucratiques.

En particulier, l’institution a parfois du mal à communiquer clairement ses exigences en matière d’exportation, ce qui crée des problèmes qui se traduisent par de longs délais et des coûts élevés.

Toutefois, ces inconvénients restent gérables pour les agriculteurs et les commerçants, car les prix internationaux sont presque deux fois plus élevés que les prix locaux.

L’INCA est également responsable de la recherche et du développement dans le secteur du café. À cette fin, il exploite quatre usines expérimentales à Uige, Amboim, Ganda et Kilombo.

café vert angolais

Quels sont les défis auxquels le secteur du café angolais est confronté ?

La plupart des caféiers existants en Angola ont plusieurs décennies, ce qui signifie que les rendements sont faibles et que les exploitations ont désespérément besoin d’être régénérées ou replantées.

Beaucoup de coopératives, de transformateurs et d’agriculteurs qui effectuent leur propre transformation ne disposent pas non plus de l’équipement approprié. Cela peut à son tour compromettre la qualité lorsque le café est livré à l’exportateur, ce qui nuit aux relations commerciales.

☕ Savourez cet article :   Guide de la production de café à Campo das Vertentes

Ces problèmes de qualité comprennent un goût vieux distinctif, une teneur en humidité insuffisante et des grains décolorés ou jaunes.

Un autre problème est que la culture du café nécessite beaucoup plus de main-d’œuvre que d’autres cultures populaires en Angola. Cela signifie que les coopératives et les exploitations agricoles à court de personnel se tournent souvent vers d’autres cultures, plus rentables à court terme.

Le secteur est également confronté aux maladies, aux parasites et à un manque d’accès aux intrants agricoles. Les petits exploitants ont également souffert d’un environnement politique qui, historiquement, n’a pas favorisé la production de café.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les installations de broyage humide et sec en Angola sont insuffisantes. Par conséquent, de nombreux agriculteurs vendent simplement leurs cerises de café à des vendeurs itinérants, qui traitent, sèchent et torréfient ensuite les grains dans les grandes villes, ajoutant ainsi plus de valeur.

L’infrastructure de transport est un autre problème clé. La plupart des producteurs de café angolais se trouvent dans des zones rurales, et le transport de leur récolte vers les centres de traitement peut être compliqué et coûteux. Ce coût est aussi souvent à la charge de l’acheteur, ce qui rend le produit moins attrayant.

Enfin, il est difficile pour les producteurs de café angolais d’obtenir des crédits et des financements à court terme. Les quelques banques qui existent ne sont pas disposées à financer la plupart des exportateurs, car elles considèrent que le commerce du café est trop risqué. Seuls quelques gros exportateurs sont financés, et les fonds ne sont disponibles que contre des garanties.

camion à la ferme

Regarder devant soi

Cependant, il y a encore de l’espoir à l’horizon pour le secteur angolais du café. Le gouvernement est actuellement engagé dans la réforme de l’industrie, qu’il considère comme une opportunité de créer des emplois pour de nombreux Angolais.

Il cherche à se concentrer sur les nombreux jeunes soldats démobilisés dans le pays, ainsi que sur les populations rurales qui ont été déplacées par le conflit dans le pays.

À cette fin, en 2019, le gouvernement a lancé un programme de revitalisation du café arabica qui a été marqué par la distribution de 15 000 plants à 30 familles de Beteleme. Au fil du temps, l’objectif est que des initiatives similaires fournissent à plus de 3 000 personnes une source de subsistance.

Un autre plan de réforme prévoyait de dépenser quelque 8,5 millions de dollars US pour cultiver du café robusta sur 17 000 ha de terres agricoles dans la municipalité d’Amboim. Il s’agit d’une zone qui a été ravagée par la guerre civile ; à terme, le gouvernement espère que la région sera en mesure de produire quelque 650 000 sacs de 60 kg par an.

En outre, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) travaille actuellement avec les agriculteurs, le gouvernement et d’autres acteurs du secteur du café du pays pour évaluer comment les producteurs et les exportateurs pourraient mieux se positionner dans la chaîne de valeur mondiale.

En novembre 2019, la CNUCED a organisé un atelier dans la province d’Uíge dans le cadre du processus national d’examen des exportations agricoles. Son objectif était de former plus de 200 agriculteurs et fonctionnaires locaux à cartographier leurs chaînes de valeur, à évaluer les opportunités et les défis pour les secteurs agricoles (comme le café) et à rédiger un plan d’action.

producteur de café angolais

Si l’Angola concrétise ces initiatives et améliore ses infrastructures de production de café, il pourrait bien commencer à exporter du café à grande échelle vers des acheteurs d’Amérique du Nord et d’Europe.

Le robusta angolais jouit encore d’une réputation raisonnable auprès de certains importateurs de café, mais il reste à voir si le pays peut redonner à son industrie du café, autrefois dominante, sa gloire d’antan.

En fin de compte, si l’Angola est toujours en train de se débarrasser des séquelles de décennies de guerre et de troubles, il y a des raisons d’espérer. Avec une main-d’œuvre jeune et de nombreuses terres arables, l’INCA et ses associés pourraient bientôt ramener le café angolais sur la scène mondiale.

marion-dutille
Marion Dutille

Ancienne commerciale dans le secteur du Café, notamment pour l'entreprise Lavazza. J'étais alors en charge de la commercialisation des cafetières de la marque au sein des professionnels.
Aujourd'hui reconvertie dans le content éditorial sur internet !

View stories