La production de café au Cameroun

Il y a quelques décennies à peine, le Cameroun était l’un des plus grands producteurs de café au monde. Cependant, ces dernières années, la politique gouvernementale a fait chuter les chiffres de production et les agriculteurs ont abandonné le café au profit d’autres cultures plus rentables.

Malgré ce déclin, le pays reste le 21ème plus grand producteur de café au monde, et de nombreux petits exploitants et coopératives du pays travaillent pour un meilleur avenir.

Pour en savoir plus, j’ai parlé à l’un des plus grands experts en café du pays. Il m’a parlé des problèmes auxquels est confronté le café camerounais et de la manière dont ils peuvent être résolus. Lisez la suite pour en savoir plus.

Vous aimerez peut-être aussi notre article sur le Mozambique : une nouvelle frontière pour la production de café.

Une brève histoire du café camerounais

Le Cameroun était autrefois le deuxième plus grand producteur et exportateur de café d’Afrique. Sa production annuelle atteignait 132 000 tonnes métriques au milieu des années 1980. Le rendement le plus important jamais enregistré par le pays était de 156 000 tonnes métriques, en 1990.

La production de café a commencé au Cameroun à la fin du 19ème siècle. Dans les années 1880, des colons allemands ont établi des fermes expérimentales de café à Victoria, Ebolowa, Nkongsamba, et Dschang.

La production s’est ensuite étendue à d’autres régions, dont Yokadouma, Abong-Mbang, Doumé, Lomié et Akonolinga. En 1928, 200 000 plants de café avaient été plantés dans la seule ville de Dschang. Entre 1960 et le début des années 1990, le pays a doublé sa production, représentant environ 2% du marché mondial du café à l’époque.

Cependant, une large poussée de libéralisation dans le secteur agricole du pays au début des années 1990 a poussé les agriculteurs à chercher ailleurs des cultures plus viables financièrement.

Bien que ses volumes de production soient en déclin depuis une trentaine d’années, le Cameroun reste le 21e producteur mondial de café, avec une production annuelle d’environ 34 000 tonnes. Le secteur du café du pays emploie quelques centaines de milliers de personnes, dont la majorité est basée dans son cœur rural.

La production moderne de café

Selon les statistiques de l’OIC, la production camerounaise de café a chuté de près de 50% entre 2000 et 2010, passant de plus de 65 000 à un peu plus de 36 000 tonnes. La production est restée faible depuis 2010, ne dépassant jamais la barre des 40 000 tonnes métriques. Sa pire année de production a été 2014, où à peine 22 000 tonnes de café ont été produites.

Cependant, au-delà des problèmes liés à la libéralisation du marché, la productivité est également faible. Cela est vrai pour les cultures dominantes de robusta du pays ainsi que pour ses arabicas.

Il y a plusieurs raisons à cette faible productivité. Elles comprennent de mauvaises pratiques de gestion, le vieillissement des caféiers, un approvisionnement insuffisant en engrais, la mauvaise santé des sols et la concurrence d’autres cultures commerciales comme le cacao.

La superficie totale utilisée pour la production de café a également diminué, ayant baissé de plus de 100 000 ha entre 1970 et le début des années 2000. Compte tenu du déclin continu de la production, il est probable que cette superficie soit encore plus réduite aujourd’hui.

Quel type de café est cultivé au Cameroun ?

Matti Foncha est le président de l’Africa Coffee Trading Group, un expert du café camerounais et l’initiateur du modèle commercial Cameroon Boyo. Il affirme que l’arabica et le robusta sont cultivés dans le pays, bien que le robusta domine.

« L’arabica est produit dans les parties ouest et nord-ouest (anglophones) du Cameroun », dit-il. « Cela continue jusqu’aux parties francophones du pays, s’arrêtant peut-être à 150 miles de l’océan. »

☕ Savourez cet article :   Guide de la production de café en Tanzanie

Le robusta, quant à lui, est principalement cultivé dans la province du Littoral, mais aussi, dans une certaine mesure, dans les provinces du Sud-Ouest, de l’Ouest, de l’Adamawa et de l’Est.

Matti ajoute : « Les principales variétés d’arabica au Cameroun comprennent le Typica de la région de Blue Mountain en Jamaïque, d’abord cultivé dans la partie anglophone du Cameroun. Les Français ont introduit du Bourbon au début du 20e siècle.

« Ces deux-là ont été dominants jusqu’aux années 1960 et 1970, lorsque le gouvernement a introduit la variété Java. Celle-ci a été remplacée dans les années 1980 et 1990 par une version améliorée de Java qui était [disease and pest] résistante. »

Le café camerounais est récolté de septembre à décembre. Bien que le profil de tasse de l’arabica soit varié, on dit que le robusta camerounais a un goût riche, plein et de noix qui est parfait pour les mélanges.

Coopératives &amp ; traitement du café

Selon Matti, la structure coopérative au Cameroun a été développée dans les années 1960. Il est cependant critique à son égard aujourd’hui, et affirme qu’elle est pleine de « corruption rampante ».

Il dit que lorsque les coopératives de café ont commencé dans le pays, le système a bien fonctionné. Il prenait soin des petits exploitants agricoles du pays, en leur fournissant du matériel, des intrants, des produits chimiques et tout équipement agricole nécessaire.

Cependant, selon lui, les conflits et la corruption ont depuis fait que les coopératives ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes.

Il note également que les producteurs de café du pays lavent et traitent le café eux-mêmes sur leur propriété, en utilisant des seaux. Cela, dit-il, empêche l’uniformité du traitement, ce qui entraîne une baisse de la qualité.

Matti dit que certaines organisations agricoles comme la sienne commencent à proposer des alternatives. Il s’agit de ce qu’il décrit comme des « micro-stations de lavage » qui peuvent aider à résoudre ce problème d’uniformité.

L’organisation de Matti a également formé un « cercle d’excellence », qui repose sur des groupes autonomes de 20 agriculteurs qui s’efforcent d’obtenir un traitement de meilleure qualité.

L’organisation avait construit trois stations pilotes lorsque le conflit au Cameroun a commencé en 2017. Matti explique que de nombreux agriculteurs s’en tiennent actuellement à la transformation naturelle en raison de l’instabilité dans la région. Selon lui, il est très difficile de faciliter le traitement du café lavé dans une zone de conflit, car cela nécessite une attention constante.

« Avec les naturels, vous pouvez effectuer un certain reconditionnement et revenir à de bonnes normes », dit-il. « Avec les cafés lavés, en revanche, si quelque chose arrive et que vous êtes obligé de l’abandonner, vous perdez tout le café. Il n’y a pas de retour possible.  »

Commerce, qualité &amp ; commercialisation

Historiquement, les agriculteurs camerounais cueillaient leur café à la main et le livraient à des agents qui se déplaçaient de ferme en ferme pendant les périodes de récolte. Aujourd’hui, cependant, la plupart des agriculteurs vendent leur café à des agents acheteurs qui viennent dans les villages avec de l’argent liquide.

Les agriculteurs vendent généralement leur café en parche, quelques-uns le vendent sous forme de cerises qui seront transformées ultérieurement.

Dans certains cas, les coopératives ont des systèmes de commercialisation où elles vendent le café au nom des agriculteurs qu’elles représentent. Cependant, Matti note qu’en raison de la corruption qui règne dans certains systèmes coopératifs, les agriculteurs se voient parfois promettre des primes qui ne se matérialisent jamais.

Matti explique que cela fait partie d’un problème plus large concernant la durabilité du prix du café au Cameroun. Selon lui, de nombreux petits exploitants reçoivent des prix insoutenables, qui ne leur permettent pas d’investir dans leur exploitation ou d’améliorer les conditions de vie de leur famille.

☕ Savourez cet article :   Explorer la Zambie comme origine du café

Quels sont les défis pour le café camerounais ?

Matti me dit que le conflit armé reste le plus grand défi pour l’agriculture camerounaise dans son ensemble – le café et au-delà.

Depuis le début du conflit (connu internationalement sous le nom de « crise anglophone ») en 2017, les infrastructures et les réseaux routiers ont été abandonnés, ce qui rend la logistique difficile.

En plus de cela, cependant, le secteur du café du pays est confronté à son propre ensemble de défis. Ils sont notamment les suivants :

  • La libéralisation du secteur du café, comme mentionné ci-dessus. Elle a eu lieu pour la première fois dans les années 1990. Avant la libéralisation, le gouvernement fournissait un soutien technique, des engrais, des insecticides, des fongicides et des herbicides, du matériel de plantation et d’autres services étendus aux caféiculteurs. Cependant, depuis la libéralisation, le secteur privé n’a pas été en mesure d’intervenir et de combler le vide.
  • Mauvais prix du café. Cela a conduit à l’abandon total de nombreuses exploitations de café, les agriculteurs se tournant vers d’autres cultures. Les agriculteurs ont également développé une perception négative du café.
  • Caféiers vieillissants. Les arbres âgés ont des rendements constamment faibles, qui le resteront jusqu’à ce qu’ils soient replantés (une entreprise coûteuse).
  • Les connaissances agricoles et les bonnes pratiques agronomiques sont très limitées. L’agriculture est encore centrée sur les techniques traditionnelles.
  • Coûts de production élevés. La production de café est une activité à forte intensité de main-d’œuvre, et les plants de café nécessitent plus d’attention que d’autres cultures (comme le cacao). Cette situation est aggravée par une pénurie de main-d’œuvre.
  • Un déficit de compétences générationnel. Les Camerounais les plus jeunes et les plus éduqués sont également moins enclins à retourner à la vie de village et à cultiver comme leurs parents.
  • Défis liés à la transformation et à la qualité du café. Il s’agit notamment d’un taux d’humidité irrégulier (dû à un mauvais traitement naturel). Ces problèmes se posent au niveau de l’exploitation, car les connaissances en matière de traitement du café sont limitées, ainsi qu’au niveau de la collecte, car les acheteurs ne connaissent pas les directives en matière de qualité.
  • Les coûts élevés des fournitures agricoles et le manque de crédit abordable. Cela rend les engrais et autres intrants inaccessibles pour la plupart des agriculteurs.

Pour remédier à ces problèmes, l’élaboration d’un projet national global de réhabilitation de la caféiculture est nécessaire. a été proposé par des experts locaux. Bien que le financement doive encore être assuré, les parties prenantes espèrent que le projet pourra contribuer à revitaliser le café camerounais.

Cette longue liste de défis signifie qu’il s’agit, pour le moins, d’une bataille difficile pour le secteur du café au Cameroun. De sérieux changements seront nécessaires si le pays veut retrouver les sommets des années 1960 et 1970.

Il est clair qu’une certaine impulsion du secteur public sera nécessaire, ainsi qu’un effort coordonné pour éduquer et soutenir les producteurs et les communautés de caféiculteurs. S’ils sont mieux informés, les producteurs de café camerounais pourraient à leur tour obtenir un prix plus élevé pour leur récolte.

Il est également nécessaire de mettre en place de meilleures incitations, qui pourraient encourager les agriculteurs à se réengager dans l’industrie du café. Comme mentionné, la plupart des agriculteurs camerounais sont réticents à produire du café. Il est peu probable qu’ils soient convaincus du contraire sans accès au crédit et sans motivation financière pour le faire.

marion-dutille
Marion Dutille

Ancienne commerciale dans le secteur du Café, notamment pour l'entreprise Lavazza. J'étais alors en charge de la commercialisation des cafetières de la marque au sein des professionnels.
Aujourd'hui reconvertie dans le content éditorial sur internet !

View stories