Un guide du secteur du café taïwanais

Taïwan est une île d’Asie orientale située au sud-est de la Chine. Elle est densément peuplée, largement urbanisée, et abrite de belles montagnes et des forêts denses.

Bien qu’il ne s’agisse en aucun cas d’un centre de production de café, le café est produit à Taïwan depuis 100 ans. Les colons britanniques ont introduit les premiers plants, mais c’est pendant l’occupation japonaise de l’île que la production a réellement commencé.

Les Japonais ont importé des plants d’Hawaï, donnant le coup d’envoi de la production dans ce qui est aujourd’hui le comté de Yunlin. Les Japonais cultivaient le café comme une culture de luxe, et le réservaient presque entièrement à l’exportation vers le Japon, où il était souvent offert en hommage à l’empereur.

Aujourd’hui, le café est toujours cultivé à petite échelle à Taïwan, mais l’île possède également une culture riche et dynamique de la consommation de café. J’ai discuté avec deux experts locaux du café pour me faire une idée plus précise de l’industrie taïwanaise du café et de son potentiel. Lisez la suite pour en savoir plus.

Vous pourriez aussi aimer notre article sur les raisons pour lesquelles les acheteurs d’Asie de l’Est paient parfois des prix records pour des lots de café remportés aux enchères.

La production de café à Taiwan

Joe Hsu est le directeur général d’Orsir Coffee à Taiwan. Il explique que les grands domaines et les fermes à café sont rares à Taïwan, car la production à grande échelle n’est pas très développée.

« Au maximum, les producteurs individuels ont une surface agricole d’environ un hectare », dit-il. « Cela se traduit par environ une tonne de café par an ».

Il ajoute que les coûts de la main-d’œuvre sont élevés, de sorte que de nombreux producteurs torréfient en fait leur propre café et gèrent de petits kiosques et cafés locaux pour générer des revenus.

La saison de récolte du café à Taiwan est longue, allant de novembre à mai. La production est principalement concentrée dans quatre comtés : Tainan, Alishan, Pingtung et Yunlin.

Le comté de Yunlin est de loin le plus grand, et abrite de hautes montagnes, un sol volcanique, des températures fraîches et beaucoup d’eau de source. Dans cette région, le café a souvent une acidité modérée, avec des notes de noix et d’agrumes.

Le comté de Pingtung, quant à lui, abrite des montagnes luxuriantes et boisées, notamment autour du village de Taiwu. La culture du café y a pris beaucoup d’importance ces dernières années.

À Tainan, les plants de café poussent au pied des collines, avec une « autoroute du café » située au sud de la ville de sources chaudes de Guanziling.

Les agriculteurs cultivent un certain nombre de variétés à Taïwan, notamment le Typica, le Catimor, le Bourbon, le Caturra, le Catuai et le Geisha, qui sont toutes populaires à l’échelle internationale.

Cependant, Joe ajoute : « Il est intéressant de noter que, dernièrement, le SL-34 du Kenya a été introduit à Taïwan et est devenu un succès immédiat.

« Elle est très populaire en raison de son rendement supérieur et de la qualité de sa tasse. Les agriculteurs optent même désormais pour la SL à la place des variétés plus traditionnelles. »

La grande majorité des caféiculteurs taïwanais travaillent individuellement, mais il existe des groupes de voisinage qui fonctionnent comme de petites coopératives. Ces groupes possèdent des stations de lavage privées pour traiter leur café.

café traité au miel rouge

Traitement & commerce

La majorité du café produit à Taïwan est lavée, mais à des altitudes plus basses, certains agriculteurs optent pour un traitement naturel afin d’augmenter la douceur de leurs cafés.

☕ Savourez cet article :   Le café magique de Melbourne - l'origine, les ingrédients et plus encore

Le traitement au miel est également en hausse, et Joe dit qu’une poignée d’agriculteurs travaillant avec des acheteurs internationaux commencent lentement à expérimenter d’autres méthodes.

« Après transformation, le café taïwanais est généralement vendu sur le marché intérieur », explique Joe. « Il peut être vendu en grains verts ou torréfié. Certains agriculteurs possèdent de petits cafés d’où ils font leur vente. Très peu est exporté. »

Si Taïwan cultive le café pour une consommation essentiellement nationale, elle importe également du café d’autres pays du monde pour satisfaire la demande locale.

Les importations taïwanaises de café représentent une valeur d’environ 235 millions de dollars US par an, et environ 40% sont des cafés torréfiés (en grains entiers, moulus ou solubles). Les 60% restants sont constitués de café vert, qui est ensuite torréfié et vendu dans le pays.

Les chiffres des importations pour Taïwan ont connu une croissance exponentielle de 2012 à 2016, et une croissance similaire a été prévue pour les années 2020. La plupart des cafés torréfiés arrivent à Taïwan en provenance des États-Unis (45 %), suivis par le Japon (21,5 %), la Malaisie (12,2 %), l’Italie (8,5 %) et la Suisse (3,5 %).

Les exportations de café vert, quant à elles, sont réparties de manière assez homogène. Les cinq premières origines exportant du café vers Taiwan sont l’Indonésie (17,9%), le Brésil (17,1%), l’Ethiopie (13%), la Colombie (12,6%) et le Guatemala (11,6%).

café taïwanais

Une histoire de la consommation de café à Taiwan

Comme l’indiquent les chiffres du commerce, la consommation de café augmente à Taïwan. Cependant, le plus grand obstacle est la relation de longue date de la population taïwanaise avec le thé.

Le thé est la boisson dominante des Taïwanais depuis très longtemps, ce qui en fait la boisson préférée au café. L’île innove depuis des décennies en matière de produits à base de thé (comme le bubble tea, désormais célèbre dans le monde entier).

Cependant, si l’on en croit les données récentes, les préférences en matière de boissons semblent changer à mesure que le café devient plus accessible.

Tristan Wang est un barista spécialisé dans le café à Taiwan. Il explique que les gens boivent du thé toute la journée, y compris pendant les repas.

« Les gens peuvent prendre du café surtout le matin, peut-être l’après-midi, et rarement en fin de soirée », explique-t-il. « Cette situation résulte de la culture alimentaire, du style de consommation et du coût.

« En termes de rapport qualité-prix, il est plus facile d’obtenir une grande variété de boissons à base de thé que des boissons au café décentes. »

Il explique que le café occupe une place importante à Taïwan depuis une trentaine d’années, et qu’au cours de cette période, il s’est énormément développé. Aujourd’hui, le Taipei Economic and Trade Office rapporte qu’il existe au moins 15 000 cafés à Taïwan. La consommation de café a plus que doublé au cours de la période de huit ans comprise entre 2010 et 2018.

« [Coffee dates back] remontant au moins à l’époque japonaise « , dit-il. « À la fin des années 1990, les boissons à base de café expresso sont devenues une nouvelle vague, principalement grâce à Starbucks. Il y a environ une décennie, les gens ont commencé à s’informer sur les cafés de spécialité. »

Il y a seulement 30 ans, la plupart du café disponible à Taïwan était soluble, avec seulement une poignée de cafés à travers l’île. Toutefois, cette situation a commencé à changer dans les années 1990, avec l’afflux de café torréfié en provenance de l’étranger.

☕ Savourez cet article :   Café : Son origine et ses méthodes de fabrication

Depuis lors, la croissance des boissons à base d’espresso et du café filtre a explosé, et a conduit à un changement dans les préférences de la population taïwanaise en matière de boissons.

Aujourd’hui, Taipei regorge de cafés, et les cafés de spécialité sont de plus en plus présents.

« Le marché du café de spécialité est actuellement assez mature », explique Tristan. « De nombreuses personnes sont désormais engagées dans cette industrie, notamment des cafés, des détaillants, des torréfacteurs, des importateurs et même des agriculteurs. »

Joe ajoute : « Je dirais qu’environ 98% du café vert taïwanais finit par être consommé dans le pays. Cependant, la plupart de ces agriculteurs travaillent directement avec les torréfacteurs, ce qui est une bonne chose à voir. C’est très réel ».

étudiants en café à taïwan

Événements locaux liés au café pour les producteurs

Joe explique que les compétitions locales de café ont contribué à promouvoir la croissance et le développement de la production de café à Taiwan. La plupart du temps, ces concours sont organisés par des organisations privées ou par le gouvernement local.

La plupart d’entre elles, dit-il, sont axées sur les agriculteurs et la production, et tentent d’être aussi accessibles que possible. Le Festival international du café de Taiwan est l’un des plus populaires.

« Même les producteurs à très petite échelle sont encouragés à participer à ces concours », explique Joe. « Cependant, ils sont tenus de soumettre des échantillons de récolte au gouvernement local pour y participer. »

Par conséquent, Joe me dit que le gouvernement fournit une formation et des conseils pour aider les agriculteurs à participer à leurs lots.

producteurs de café taïwanais

Quelle est la prochaine étape ?

Selon Joe, la plupart du café produit à Taïwan est consommé localement, mais son coût peut encore être élevé pour de nombreux consommateurs locaux.

De plus, dit-il, les producteurs ne connaissent pas bien le marché national et international du café, ce qui rend difficile l’amélioration de la réputation du café taïwanais.

« Il y a encore un manque de connaissances en ce qui concerne le marketing », note Joe. « L’éducation au café parmi les producteurs est importante pour changer cette ignorance. Heureusement, il y a eu une certaine intervention du gouvernement local et du secteur privé. »

Pour les producteurs, les autres obstacles majeurs sont le fossé générationnel et la hausse des coûts de la main-d’œuvre – qui sont des défis communs aux autres origines.

La plupart des producteurs de café à Taiwan sont vieillissants, et les jeunes générations de ces familles cherchent souvent à partir pour trouver un emploi dans les villes. Même ceux qui veulent travailler dans le secteur du café préfèrent se familiariser avec le côté consommateur, en travaillant dans des cafés – ce qui est largement considéré comme plus désirable.

le café taïwanais

Malgré ces problèmes, il y a de quoi s’enthousiasmer pour le secteur du café taïwanais, que ce soit du côté de la production ou de la consommation.

« En général, les gens sont prêts à essayer de nouvelles choses, surtout en ce qui concerne la nourriture et les boissons », conclut Tristan. « Les jeunes deviennent plus créatifs et s’intéressent à toutes sortes d’activités pour le café, et il y a beaucoup d’influence de ceux qui ont voyagé à l’étranger. »

Cependant, pour que le café taïwanais se fasse un nom et que les agriculteurs de ce pays améliorent leurs revenus, il faut que la sensibilisation se fasse sur la scène internationale. Il est clair que la demande du marché intérieur ne peut à elle seule permettre à la production de café taïwanaise de se développer à quelque échelle que ce soit.

marion-dutille
Marion Dutille

Ancienne commerciale dans le secteur du Café, notamment pour l'entreprise Lavazza. J'étais alors en charge de la commercialisation des cafetières de la marque au sein des professionnels.
Aujourd'hui reconvertie dans le content éditorial sur internet !

View stories